Publié par : laurent | 8 janvier 2017

Assemblée Générale 2017

Chers adhérents, chers sympathisants,

Je vous invite à participer à la prochaine Assemblée Générale de l’association Aqui Sien Ben qui se tiendra le :

mercredi 25 janvier 2017 à 18 heures

au foyer rural du village de Carros, place du Puy

Comme à notre habitude, cette réunion annuelle sera l’occasion de faire le bilan des activités de l’association pour l’année écoulée et de discuter des dossiers en cours.

Nous aurons notamment à vous exposer :

  • L’avancée sur l’aménagement des terrains de l’Evêché, avec la présentation du projet porté par Anne et Pierre MAGNANI
  • Notre demande de création d’un Arrêté de Protection de Biotope du vallon obscur de Carros
  • La phase de concertation sur le diagnostic et le projet d’aménagement et de développement durable du Plan Local d’Urbanisme (PLUm) de la Métropole Nice Cote d’Azur, ainsi que ses conséquences sur l’urbanisation de la commune de Carros (je vous rappelle à ce titre qu’une deuxième réunion publique de présentation aura lieu en mairie de Carros le vendredi 13 janvier 2017 à 18h00 et que les documents soumis à la concertation sont consultables en mairie ou téléchargeables sur le site de la métropole http://www.nicecotedazur.org/habitat-urbanisme/plu-m%C3%A9tropolitain/les-dossiers-de-consultation).

Une partie plus formelle de la réunion sera consacrée à la présentation du budget et au renouvellement d’une partie des membres du Conseil d’Administration. Je vous rappelle que seuls les membres adhérents de l’association à jour de cotisation peuvent participer aux votes ou décisions de l’assemblée (bulletin d’adhésion 2016 téléchargeable sur notre blog https://aquisienben.wordpress.com/qui-sommes-nous/adhesion-2016/  pour les retardataires). Une convocation officielle avec l’ordre du jour et ses documents annexes sera prochainement adressée aux membres.

Cette réunion se poursuivra autour d’un buffet convivial auquel vous êtes cordialement invités.

Vous remerciant par avance pour votre soutien et votre participation,

toute l’équipe administrative de l’association se joint à moi pour vous présenter ses meilleurs vœux pour 2017.

Le Président

Laurent PARZY

Publié par : laurent | 13 mars 2016

Assemblée générale 2016

PROCES VERBAL

Assemblée générale ordinaire  2016

 

Le mardi 19 janvier 2016 à 18 heures s’est tenue, au Foyer Rural de Carros Village, l’Assemblée Générale Ordinaire de l’Association Aqui Sien Ben dont le siège social se trouve : 700 chemin du Clos de Ripert à Carros 06510. Les adhérents se sont réunis sur la convocation qui leur avait été adressée le 07 janvier 2016 afin de délibérer sur l’ordre du jour suivant :

  • Rapport d’activités 2015
  • Programme d’actions 2016
  • Rapport financier exercice 2015
  • Renouvellement du Conseil d’Administration
  • Questions diverses

 

Préambule : Le président, Laurent PARZY, ouvre la séance à 18h10. Il renouvelle ses meilleurs vœux pour l’année 2016. Il remercie Monsieur le Maire d’avoir répondu à son invitation et remercie les membres présents ou représentés pour leur participation. Il expose l’ordre du jour de l’assemblée et rappelle que seuls les membres adhérents à jour de cotisation 2015 peuvent participer aux votes et décisions.

Il fait le bilan des adhésions pour l’année 2015 :

  • 42 membres adhérents pour l’année 2015
  • 17 adhérents sont présents et ont signé la liste d’émargement
  • 10 adhérents ont donné leur pouvoir à un membre présent.

 

 

  1. Rapport d’activités

 

  • Aménagement du territoire

 

Recours engagé contre le PLU  Carros : Rappel : saisie du tribunal administratif de Nice pour recours contentieux en vue de l’annulation de la délibération d’approbation du PLU de Carros, requête déposée le 05 décembre 2013 et portée conjointement par l’association et la fédération régionale FNE PACA qui en assure le suivi juridique.

Le tribunal administratif de Nice vient de nous adresser notification de clôture d’instruction au 05/02/2016. Nous restons dans l’attente de la fixation de la date d’audience. Nous espérons vivement que nos requêtes soient prises en considération par le juge administratif. Les conclusions de ce jugement auront une influence certaine dans le projet de PLU métropolitain en phase d’élaboration.

 

Modifications du PLU de Carros: L’association ASB participe activement aux différents comités consultatifs sur l’urbanisme et travaille en partenariat avec l’association Garda Carros pour tenter d’obtenir des modifications du PLU prenant en compte les effets pervers de la loi Alur.

Le 12 février 2015, ASB a déposé un avis dans le cadre de l’enquête publique portant sur la modification N°1 du PLU en demandant :

  • des mesures plus contraignantes pour protéger l’équilibre paysager des zones UE et UD, notamment en diminuant le coefficient d’emprise au sol des constructions et en augmentant le coefficient des espaces verts
  • le déclassement de la zone UCd de la Tuilière
  • le déclassement de la zone AU de l’Evêché

ASB estime que les modifications apportées dans l’approbation de la modification 1 du PLU sont encore insuffisantes et espère une meilleure prise en compte de ses avis dans la modification 2 annoncée, de façon à retrouver une situation de capacité de constructibilité pour le moins équivalente à celle du PLU approuvé.

Monsieur le Maire remercie l’association pour ses contributions sur des questions essentielles comme l’environnement ou l’aménagement du territoire. Il annonce toutefois que la modification N°2 du PLU ne reviendra pas sur les dispositions prises pour limiter la constructibilité. Il s’appuie en cela sur des considérations d’ordre architectural (maisons cheminées), que nous contestons par ailleurs.

 

Elaboration du PLU métropolitain : Le Plan Local d’Urbanisme de la Métropole Nice Cote d’Azur a été prescrit par délibération du conseil métropolitain en décembre 2014. Ce document d’urbanisme est donc en phase d’élaboration et ne sera pas validé avant fin 2017. Sa mise en application se substituera aux PLU communaux actuels qui deviendront caduques.

Il a déjà fait l’objet de propositions d’objectifs soumises aux communes. Au mois d’avril 2015, les services de la mairie de Carros ont sollicité l’avis de notre association sur son projet de réseau écologique qui sera annexé au futur PLUm. ASB a fait des propositions pour compléter et conforter la cartographie de la trame verte et bleue de ce projet de cohérence écologique sur le territoire de notre commune. Mais aucune forme de concertation publique en amont n’a été mise en place par les services de la Métropole ; aussi ASB a demandé à la fédération FNE PACA, en qualité d’association agréée pour l’environnement, de se porter Personne Publique Associée dans l’élaboration du PLUm de façon à pouvoir être consultée lors des différentes phases d’élaboration du projet.

Monsieur le Maire apprécie la façon de travailler des services de la Métropole NCA et assure qu’il conserve tout son pouvoir de décision sur la commune de Carros en matière d’urbanisme. Il affirme sa volonté de faire du quartier des Plans une zone de développement mixte avec une offre de logements et le maintien d’une activité agricole.

 

Concertation sur l’OIN : L’association ASB est présente, sous la bannière de FNE 06, au Comité Permanent de Concertation mis en place par  l’Etablissement Public d’Aménagement qui gère l’Opération d’Intérêt National de la Plaine du Var. Durant l’année 2015, l’association a été très active en contribuant notamment à l’élaboration du Programme Stratégique Opérationnel. ASB en partenariat avec d’autres associations dénonce une succession de coups partis privilégiant des programmes immobiliers sans réelle vision globale d’aménagement et prise en compte des effets cumulés sur l’environnement : sous-estimation des risques naturels (notamment d’inondation), atteintes aux milieux naturels et à la biodiversité, artificialisation des terres agricoles, protection insuffisante de la ressource en eau, sous-dimensionnement et dysfonctionnement des réseaux d’assainissement…

Devant le manque de concertation, FNE 06 a décidé solidairement avec 5 autres membres du CPC de suspendre sa participation au CPC tant qu’un garant du débat public ne sera pas nommé par les services de l’Etat. Un courrier a été adressé à la Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. Une demande d’audience a été envoyée au préfet des Alpes-Maritimes.

 

Monsieur le Maire annonce que la commune de Carros a demandé à l’EPA de produire une étude d’état des lieux et d’aménagement des Plans (voierie, équipements publics …).

 

Nouveau SAGE Basse Vallée du Var : L’association a déposé un avis sur le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux de la basse vallée du Var dans le cadre de l’enquête publique ouverte en 2015 (avis déposé le 19 février 2015). Elle a formulé des remarques et des observations portant sur l’insuffisance de la protection des milieux aquatiques (vallons obscurs de Carros, zones humides, trame bleue et continuité écologique…) et des ressources en eau (développement de l’urbanisation, exploitation de la nappe profonde, qualité de l’eau et changement climatique…).

 

  • Urbanisation

 

Chantier vallon Ginestière : La DDTM a dressé un procès-verbal constatant les infractions aux codes de l’urbanisme et de l’environnement sur le chantier ROMEO (Enorme terrassement et importants  mouvements de terre pour la réalisation de 8 villas jumelées en zone de risques de glissement de terrains, remblais versés au fond du vallon, empiètement sur zone naturelle et EBC).

Le chantier est fermé et le dossier a été transmis pour instruction au procureur de Grasse.

A l’initiative du promoteur et du propriétaire, l’association ASB a été invitée à participer à une réunion de concertation en mairie de Carros le 5 juin 2015. Le promoteur a présenté un nouveau projet paysager, mais ASB a maintenu une position ferme en réclamant une remise en état des lieux.

Malgré la fermeture du chantier, de nouveaux déversements ont été observés par des riverains au début du mois de janvier 2016. ASB a aussitôt alerté les services préfectoraux et municipaux. La police municipale a dressé un procès-verbal et le propriétaire a, de son coté, porté plainte.

 

Déversements aux Rougières : Des déversements de remblais ont aussi été signalés en zone EBC sur les terrains FUSINI. L’association ASB a envoyé un courrier d’alerte à la mairie de Carros avec copie aux services contentieux de la DDTM (préfecture) et au Procureur de Grasse. Constat aussi de déversement de remblais sur des parcelles voisines.

 

Terrains de l’Evêché : Monsieur le maire a annoncé publiquement et devant le comité consultatif « Village et Ecarts » que des études sont en cours pour le montage d’un projet d’agrotourisme et que la commune est à la recherche d’investisseurs privés. L’association ASB a demandé à plusieurs reprises à être associée au groupe de travail mis en place par la municipalité et à être concertée en amont de ce projet. Malgré l’accord de principe donné par Monsieur le Maire, ASB regrette vivement qu’à ce jour, aucune suite n’ait été donnée à cette demande.

 

Monsieur le Maire confirme qu’un projet est en phase d’écriture pour l’aménagement des terrains de l’Evêché. Il s’agit d’un projet agricole avec une offre d’hébergement « atypique », dont les modèles économique et de gestion restent à définir.

Laurent Parzy renouvelle auprès du Maire la demande d’ASB de participer au montage de ce projet et rappelle que l’association peut être porteuse de propositions innovantes dans l’élaboration ou la réalisation de ce projet sur lequel elle réfléchit depuis de longues années. Il existe des possibilités de partenariat avec le Parc Naturel Régional et de financement, notamment sur fonds européens, pour mener une étude de faisabilité ou une aide au montage.

 

Projet NOU : L’association APEHC a reçu notification du jugement prononcé le 7 juillet 2015 par le tribunal administratif de Nice contre les permis de construire accordés à la SNC Les Roses de Carros pour la réalisation d’un programme immobilier d’environ 600 logements aux Plans de Carros.

Le premier PC accordé en 2011 a été partiellement annulé, mais le deuxième recours contre le PC accordé tacitement en 2012 a été malheureusement rejeté. L’association APEHC a fait appel de ce jugement, mais le PC est toujours valide et les travaux peuvent commencer !

Monsieur le Maire rappelle que la municipalité actuelle est opposée à ce projet immobilier.

 

Projet de la Tuilière : Le projet immobilier porté par le groupe Vinci pour aménager la zone UC sous le socle du Village a été publiquement présenté lors du comité consultatif « urbanisme » du 8 octobre 2015. L’association ASB a rappelé son opposition à la densification de l’urbanisation sur ce site, soutenue en cela par le commissaire enquêteur du PLU qui avait donné un avis défavorable sur le maintien de cette zone UC. Les associations Garda Carros et Aqui Sien Ben ont adressé communément un courrier à Monsieur le Maire en date du 14 octobre 2015 pour donner leur argumentation contre le projet présenté (système d’assainissement inadapté, impact paysager, absence d’équipements collectifs, augmentation du trafic sur un réseau routier saturé…) et pour demander à nouveau le déclassement de la zone UCd.

Monsieur le Maire annonce qu’il a entendu les associations et que, suite à un avis défavorable de la commune de Carros, le promoteur a retiré son projet. Monsieur le maire souhaite un projet d’aménagement comportant un volet agricole et touristique avec une remise en valeur du passé viticole de ces parcelles.

Lotissement du Balaguié : L’association Aqui Sien Ben soutient les riverains du chemin du Balaguié qui s’opposent à la réalisation d’un lotissement et a apporté son aide dans la rédaction d’un recours gracieux adressé le 22 mai 2015. Le site en bas du vallon est très humide et le terrain est très instable comme en témoigne le récent glissement de terrain sur la route située en contre-bas au Gourg. ASB a demandé aux services municipaux une copie du rapport d’expertise hydrogéologique commandé par la mairie sur toute la zone concernée. Non communiqué à ce jour.

 

  • Environnement

 

Protection des vallons : Aqui Sien Ben poursuit son action pour la protection des vallons obscurs de la rive droite du Var en partenariat avec le Conservatoire des Espaces Naturels PACA. Elle devrait aboutir à un arrêté préfectoral de protection de biotope (APPB) et conduire à un classement en zone Natura 2000 au même titre que les vallons obscurs de la rive gauche du Var.

ASB a demandé audience et a été reçue par Monsieur le Maire le 10 septembre 2015 pour relancer la démarche qu’elle avait initiée et solliciter une décision du conseil municipal sur le principe d’un APB. Nous avons reçu une écoute favorable.

 

Classement des zones humides : ASB a aussi participé à la réalisation de l’inventaire des zones humides du département en vue de leur classement. Les zones « Vallons obscurs de Carros » et « Ripisylve du Var -1 » ont été retenues sur le territoire de la commune de Carros et ces zones ont été classées en bonne place dans le tableau de hiérarchisation compte tenu de leur forte valeur patrimoniale. Elles sont priorisées en Restauration/Gestion/Protection.

ASB remercie particulièrement le naturaliste Joël BESNARD pour sa forte implication dans ces dossiers de protection de l’environnement sur la commune de Carros

 

Frelon asiatique : ASB s’est beaucoup impliquée dans la lutte contre ce prédateur exotique qui a un impact dévastateur sur les insectes butineurs et notamment sur les colonies d’abeilles domestiques. Nous pouvons nous réjouir d’une prise en compte de ce fléau par le Conseil départemental des AM, qui a décidé de mettre gratuitement à la disposition des habitants des moyens d’intervention pour prendre en charge la destruction des nids. Un signalement de nid peut dès à présent se faire par courriel à frelon-asiatique@departement06.fr ou par téléphone au 04.97.18.73.55.

 

Ouverture des sentiers : ASB se réjouit de l’importante avancée dans la réhabilitation des chemins communaux. Un sentier partant de l’Oustau de Mouret et permettant de rejoindre le canal du Véguié a été ouvert et une campagne de balisage du Conseil Départemental a permis de mettre en place une signalétique sur différents sentiers communaux. D’autres projets devraient aboutir dans les prochaines années. ASB remercie Alfredo JAKUBOWSKY pour son implication sur ce dossier.

Monsieur le Maire annonce qu’une journée officielle d’inauguration des sentiers récemment ouverts est programmée pour le 20 mars 2016.

 

  • Vie associative et lien fédéral

 

Catherine JACQUIN rappelle les différentes actions menées par l’association en partenariat avec le tissu associatif local : le centre social La Passerelle à Carros, le conseil de développement du parc naturel régional des Préalpes d’Azur, la fédération France Nature  Environnement 06, le GTIC du CPC de l’EPA… Aqui Sien Ben poursuit son travail de réflexion sur le développement du Parc Naturel Régional des Préalpes d’Azur en participant activement à son Conseil de Développement. De nombreuses animations, des réunions d’information, de sensibilisation et des débats thématiques ont eu lieu sur le territoire du Parc tout au long de l’année : agriculture, paysages, transition énergétique, tourisme …

 

L’assemblée approuve à l’unanimité les activés mises en place par l’association.

 

 

 

 

  1. Programme d’actions 2016

 

ØModification N° 2 du PLU de Carros.

ØParticipation à la concertation et avis sur le PADD et le PDU du projet de PLU métropolitain NCA.

ØAudience au Tribunal administratif de Nice et jugement sur le recours contre le PLU de Carros approuvé en juin 2013.

ØParticipation au montage du projet d’aménagement agrotouristique des terrains de l’Evêché.

ØSuivi du dossier de demande d’APB « vallons obscurs ».

ØParticipation à la fête de la blette dimanche 20 mars 2016 sur la commune de Saint-Blaise dans la Plaine du Var.

 

 

  1. Rapport financier

 

La trésorière, Pascale Moll, présente le rapport financier de l’association pour l’année 2015.

Le montant des cotisations s’élève à 590 € pour l’exercice 2015.

Le montant total des dépenses est de 283,97 € euros.

Le bilan financier fait état d’un solde créditeur de 2 790,74 € affecté en réserve de trésorerie en date du 19 janvier 2016.

Laurent Parzy rappelle que le montant des adhésions constitue la seule ressource financière de l’association et remercie vivement tous les membres actifs et bienfaiteurs pour leur fidèle soutien.

Le montant de base de l’adhésion annuelle reste fixé à 10 euros.

 

Le quitus financier est accepté à l’unanimité des adhérents présents et représentés.

 

 

  1. Renouvellement du conseil d’administration

 

Le président rappelle les règles d’élection du Conseil d’Administration de l’association et lance un nouvel appel à candidature. Il rappelle la composition du Conseil d’Administration pour l’année 2015

BARBATO Didier

HERAUD Annick

HIRSCHOWITZ André

HVIDSTEN Axel

JACQUIN- JAKUBOWSKY Catherine (secrétaire)

MOLL Pascale (trésorière)

PARZY Laurent (président)

RAS Joséphine

 

3 membres sont sortants et se représentent: HERAUD Annick, JACQUIN- JAKUBOWSKY Catherine et PARZY Laurent.

Monsieur VALOR Abel présente sa candidature.

 

Les candidats sont élus ou réélus à l’unanimité des adhérents présents ou représentés.

 

En l’absence de questions particulières, Laurent Parzy propose de poursuivre les échanges de façon conviviale autour d’un pot de l’amitié et d’une galette des rois.

 

L’assemblée générale ordinaire se termine à 20h00.

 

Procès-verbal validé par le Conseil d’Administration du 15 février 2016.

Publié par : laurent | 9 février 2014

Arrêtons de bétonner nos terres agricoles !

Arrêtons de bétonner nos terres agricoles !

L’association Filière Paysanne vous invite à signer la pétition adressée à M le Premier Ministre et M le Ministre de l’Agriculture pour la sauvegarde de nos terres fertiles : https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/m-le-premier-ministre-et-m-le-ministre-de-l-agriculture-arr%C3%AAtons-de-b%C3%A9tonner-nos-terres-agricoles

Nous demandons aux responsables gouvernementaux de prendre des mesures rapides et efficaces pour stopper l’artificialisation de nos précieuses terres nourricières. L’urbanisation incontrôlée de notre territoire fait disparaître, en moyenne, 78 000 ha de surfaces agricoles par an. Ce phénomène est d’autant plus préoccupant qu’il s’est accéléré au cours de ces dernières décennies. Il équivaut, aujourd’hui, à la surface moyenne d’un département entier tous les 7 ans, ou à un stade de football toutes les 5 minutes.

Publié par : laurent | 3 janvier 2014

Pétition aux dirigeants du monde pour sauver les abeilles

6940_beeFlowerCassino_0_566x283_1_460x230

Les abeilles ne servent pas uniquement à produire du miel: elles sont essentielles à la vie sur Terre et pollinisent chaque année 90% des plantes sauvages et cultivées. Si nous n’agissons pas immédiatement, nombre de nos fruits, légumes et noix préférés pourraient disparaître des étals.

Au cours des dernières années, les colonies d’abeilles ont fortement décliné dans le monde entier. Certaines espèces se sont déjà éteintes! Les scientifiques recherchent des réponses depuis longtemps mais selon l’Agence européenne de sécurité alimentaire, des pesticides toxiques, les néonicotinoïdes, pourraient être responsables du massacre des abeilles. L’UE en a interdit trois mais les géants de l’industrie chimique que sont Bayer et Syngenta continuent d’exporter leur poison dans le monde entier.

Le sort des abeilles se joue sous nos yeux. Utilisons le pouvoir citoyen pour contrer le puissant lobby des pesticides et sauver les abeilles de l’extinction. Signez cette urgente pétition destinée aux dirigeants du monde entier, puis envoyez cet e-mail à tous vos proches :

http://www.avaaz.org/fr/save_the_bees_global_nm_sh/?bmzSugb&v=33650

La nature est cernée de menaces qui compromettent notre propre capacité à habiter cette planète et admirer ses beautés. Les membres d’Avaaz s’unissent une fois encore pour la protéger. Qu’il s’agisse de sauver les baleines ou les abeilles, nous nous unissons pour défendre le monde que nous voulons.

Avec espoir,

Iain, Luis, Ari, Alice, Ricken, David, Alaphia et toute l’équipe d’Avaaz

POUR EN SAVOIR PLUS:

Abeilles: Bayer saisit la justice sur la suspension de ses pesticides (Le Parisien)
http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/abeilles-bayer-saisit-la-justice-sur-la-suspension-de-ses-pesticides-27-08-2013-3084269.php

Comment le lobby des pesticides se bat pour les néonicotinoïdes (Journal de l’environnement)
http://www.journaldelenvironnement.net/article/comment-le-lobby-des-pesticides-se-bat-pour-les-neonicotinoides,34147

Abeilles : trois pesticides mortels interdits dans l’UE (Nouvel Obs)
http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20130524.OBS0551/abeilles-trois-pesticides-mortels-interdits-dans-l-ue.html

Pesticides : les mathématiques au secours des abeilles (Le Monde)
http://abonnes.lemonde.fr/sciences/article/2013/11/07/pesticides-les-mathematiques-au-secours-des-abeilles_3509916_1650684.html

Publié par : laurent | 2 janvier 2014

2013 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2013 de ce blog. En voici un extrait :

Un métro New-Yorkais contient 1.200 personnes. Ce blog a été visité 7  400 fois en 2013. S’il était un métro New-Yorkais, il faudrait faire 6 voyages pour les déplacer tous.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Publié par : laurent | 24 décembre 2013

COMMENT PRÉSERVER LES TERRES NOURRICIÈRES ?

préservation des terres

 

Nos terres agricoles s’artificialisent au rythme de l’équivalent d’un département tous les sept ans. Le risque de cette tendance : aboutir à un monde sans agriculteurs et nous nourrir en tube. A moins que nous changions de paradigme.

Les terres. Un enjeu crucial de la loi d’avenir sur l’alimentation, l’agriculture et la forêt, qui sera débattue par les parlementaires dès janvier 2014. Car dans notre pays, comme partout dans le monde, les terres agricoles sont limitées. Or, l’urbanisation, la construction de lotissements, d’aéroports et autres parcs des expositions gagnent toujours plus de terrain. Environ 840 000 hectares (et 190 000 emplois agricoles) ont disparu entre 2000 et 2010, souligne Philippe Pointereau de l’association Solagro, lors d’un colloque organisé à l’Assemblée nationale le 19 décembre. Il faudra pourtant nourrir une population française qui atteindra 72 millions d’ici 2050, c’est-à-dire 9 millions de plus qu’aujourd’hui. En augmentant simplement les rendements ? Impossible, affirme Philippe Pointereau, auteur d’un scénario sur l’agriculture  nommé Afterres 2050 (voir articles de Bio Consom’acteursUsage soutenable des terres: la transition aura lieu dans nos assiettes et Afterres 2050: le scénario qui imagine l’autre modèle agricole de demain): les rendements stagnent en Europe depuis les années 90, «et on peut supposer raisonnablement qu’ils diminueront à l’avenir». En cause : la baisse de la fertilité des sols, l’impact du changement climatique et l’arrêt du développement de l’irrigation. Mais moi, banale citoyenne,  que puis-je faire?

Vive le comté et le beaufort!
Déjà, côté assiette: si l’on veut nourrir la France avec ses terres agricoles, tout en répondant aux enjeux environnementaux (restaurer la biodiversité, la santé de nos eaux, de nos sols, combattre l’érosion et préserver les ressources de la mer, qui s’effondrent actuellement), il faudra manger moins que la moyenne actuelle. Et différemment. Pas de panique, c’est largement faisable : «nous mangeons trop en France : trop de calories, trop de protéines – en particulier trop de protéines animales», nous rassure Philippe Pointereau. Or, comme par hasard, l’essentiel des protéines animales que nous mangeons, c’est-à-dire venant d’animaux élevés en batterie, consomment beaucoup d’espace, même si on ne le voit pas: c’est en Amérique du Sud que sont cultivées l’immense majorité des plantes –du soja- qui constituent leur nourriture.  La boucle est bouclée : si nous mangeons beaucoup moins de protéines animales, nous réduirons d’autant notre consommation de terres outre-Atlantique et pourrions consacrer les bâtiments d’élevage industriel en France à autre chose (des cultures de légumineuses ou maraîchage, par exemple). Pour favoriser cela, les pouvoirs publics doivent accompagner la transition de notre patrimoine culinaire : celui-ci devra être, en 2050, deux fois moins carné, deux fois moins lacté, dix fois moins riche en poissons et crustacés, et plus riches en légumineuses…Un régime à mille lieues du plan national nutrition santé ! Attention, pas question pour autant de renoncer à notre patrimoine fromager : comté, tommes de Savoie et autres beauforts sont issus du pastoralisme. Un type d’élevage qui fournit «à peine 10% de notre consommation de produits animaux», fait remarquer Philippe Pointereau, c’est-à-dire bien peu par rapport à l’élevage industriel.

Squatter une friche et créer un jardin partagé
Côté logement, en tant qu’amatrice de jardinage avec le chant des petits oiseaux en bruit de fond, il va falloir que j’apprenne à être bien, dans un immeuble. Et renoncer au rêve de la maison individuelle, «un des moteurs principaux de l’artificialisation des terres», selon Philippe Pointereau.  Et pour que les gens aient envie de vivre en appart’, les pouvoirs publics n’ont pas le choix. Il faut qu’ils donnent un statut juridique à l’habitat participatif et coopératif (très développé dans les pays nordiques comme la Suède et le Danemark), qu’ils construisent des logements peu consommateurs d’énergie, bien isolés et bien agencés, sains. Ils devront aussi faire pousser des jardins partagés, des ceintures vertes et autres espaces verts dans les villes. «Une densification confortable est possible, mais nous devons faire un travail de pédagogie là-dessus», a reconnu la ministre de l’égalité des territoires et du logement Cécile Duflot, qui a présenté la semaine dernière son projet de loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (Alur). Cette loi doit être présentée en deuxième lecture aux parlementaires fin janvier 2014. En attendant, rien ne m’empêche de squatter une friche avec mes voisins pour en faire un jardin partagé. Ou de monter tant bien que mal un habitat groupé avec d’autres comparses motivés.

Vide juridique
Outre le contenu de mon frigidaire et mon logement, je peux participer à la lutte contre la financiarisation des terres. Un phénomène «exponentiel aujourd’hui, très important et très rapide», alerte Dominique Potier, député de Meurthe-et-Moselle, membre de la commission des affaires économiques. Si je donne une part de mon argent àTerre de liens, via sa foncière (pour l’épargne) ou sa fondation (pour un don), celle-ci va, via sa foncière éponyme, acheter des terres et les louer à des petits agriculteurs bio. De leur côté les pouvoirs publics doivent reprendre la main sur un foncier qui leur échappe. «Aujourd’hui  les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) ne peuvent pas intervenir dans le cadre des sociétés et des démembrements juridiques». Traduction? En gros, il existe une faille juridique, qui permet aux personnes souhaitant agrandir leur ferme – ou simplement spéculer sur le prix des terres-, de le faire quand même. C’est-à-dire sans être contrôlées ni inquiétées par la Safer. Pas de chance, plus les fermes s’agrandissent, moins les petits agriculteurs ont de chances de pouvoir s’installer. Ce vide juridique devrait être comblé par la future loi d’avenir, si l’on en croit le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, assénant que «la nouvelle loi redonnera un cadre pour les Safer».

Préserver les terres doit donc passer par une nouvelle loi sur l’agriculture qui bouscule l’ordre établi, notamment concernant la gestion du foncier. Mais aussi, comme toujours, par nos actions citoyennes. Si l’on veut que la France soit autonome en nourriture en 2050, on devra vivre différemment, en acceptant les limites de la planète. Car«l’humanité sera sauvée, selon Pierre Rabhi, lorsque l’homme lui-même changera».

Article publié par l’association Bio Consom’acteurs le 23/12/2013

http://www.bioconsomacteurs.org/bio/dossiers/societal/comment-preserver-les-terres-nourricieres

article publié par l’association Green 
Vign_planete-terre_1073_all
« Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes. Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal. Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance. Nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine. Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés. On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on s’est marrés.  Franchement on a bien profité. Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre. Certes. Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution. Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie. « On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins. Oui. On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau. Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse). Sauvez-moi, ou crevez avec moi. Évidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux. D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance. Peine perdue. Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais. Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est (attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille), récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés). S’efforcer. Réfléchir, même. Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire. Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde. Colossal programme que celui de la Troisième Révolution. Pas d’échappatoire, allons-y. Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible. A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie, une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut être. A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution. A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore. »  » Fred Vargas, écrivain et archéologue »
Publié par Association Green

La puissante Fondation Bill et Melinda Gates, dédiée officiellement à des projets philanthropiques, vient d’acquérir 500 000 actions de la société Monsanto. Grâce à un large réseau de connivences, c’est l’ouverture de nouveaux marchés pour le géant des semences agricoles génétiquement modifiées, et des menaces sur la sécurité alimentaire balayées par le grand vent des profits et de la spéculation.

Lire l’Enquête Article publié dans le numéro 160 Golias Hebdo semaine du 25 novembre au 1er décembre 2010

http://www.votresante.org/suite.php?dateedit=1291049997

Publié par : laurent | 9 juin 2013

Alerte : Carros va être livré aux promoteurs !

Alors que le PLU de Carros n’est pas encore encore approuvé (vote le 21 juin 2013), les promoteurs lancent déjà leurs programmes immobiliers. Après le projet NOU (497 logements en immeubles jusqu’à 4 étages et 54 maisons),

projet Nou maquette

voici le projet Saint Pierre (215 logements, immeubles de 3 étages)…

hameau St Pierre

Et ce n’est pas fini car le PLU a encore été modifié pour faire la part belle au tout béton !

Publié par : laurent | 18 mai 2013

ALERTE AU FRELON ASIATIQUE

Le frelon asiatique se répand dangereusement dans notre région. Il est reconnaissable à ses pattes jaunes.

frelon

Les risques sont importants pour chacun d’entre-nous et surtout pour les colonies d’abeilles et les autres pollinisateurs qui sont la proie de ce prédateur.

nid frelon

Si vous découvrez un nid (souvent accroché en hauteur dans les arbres), appelez le GDS apicole au 06 19 81 08 55 qui prendra les mesures nécessaires pour la destruction du nid.

Older Posts »

Catégories