Publié par : laurent | 26 avril 2013

La loi peut limiter l’artificialisation des terres

La France gaspille ses terres agricoles : la superficie d’un terrain de football est artificialisée toutes les cinq minutes.

Lire l’article de Filière Paysanne paru sur le site de Reporterre

Publicités
Publié par : laurent | 21 février 2013

90% des vins contiennent des résidus toxiques

En l’espace de cinq jours, deux études accablantes concernant les pesticides ont été publiées. Toutes deux axées sur la viticulture, elles restent largement transposables à l’agriculture en général.

La première, rendue publique le 14 février et relayée par La Vigne, constate la présence de résidus de pesticides dans 90% des vins :

« Seulement 10% [des vins analysés] ne contiennent aucun pesticide. Dans les 90% restants, Excell a trouvé la présence d’au moins une matière active, le plus souvent de la famille des fongicides. Et le laboratoire a pu détecter jusqu’à neuf pesticides simultanément dans un vin. »

Un pourcentage qui doit même friser les 100% si on extraie les vins bio du champ de l’étude.

Le laboratoire (privé) à l’origine de cette étude a immédiatement cherché à nuancer ses résultats, en expliquant notamment que les pesticides détectés dans pas moins de 9 vins sur 10 se situaient toujours dans les limites maximales de résidus (LMR) autorisées. Sauf qu’aucune limite maximale de résidus n’a jamais été fixée pour le vin…

 

La seconde étude, publiée le 19 février par l’association Générations futures, révèle la présence de « 11 fois plus de pesticides » que la moyenne dans les cheveux des salariés d’exploitations viticoles, et de « 5 fois plus » dans les cheveux des simples riverains de ces exploitations.

Des pesticides parfois interdits depuis 2003, avec une dangerosité avérée pour « au moins 45% des molécules repérées », comme l’indique Le Monde :

« Les cheveux portent la trace de l’exposition à une substance pendant trois mois. De l’azoxystrobine (signalé comme irritant pour les yeux, dangereux pour l’environnement), au zoxamide (irritant pour la peau, très toxique pour l’environnement), en passant par le diuron (interdit en France depuis 2003), le laboratoire en a détecté 22.

En moyenne, 6,6 substances différentes ont été trouvées chez les salariés viticoles, contre 0,6 chez les personnes n’exerçant pas ce métier. Quatre professionnels sur quinze présentaient même dix résidus de pesticides différents, parfois à forte dose, en particulier du fenhexamid et du fludioxonil. Au moins 45% des molécules repérées sont classées cancérigènes possibles. »

A quand la fin des pesticides de synthèse ?

Nous assistons à un matraquage scientifique démontrant l’omniprésence et la dangerosité des pesticides de synthèse dans notre environnement et notre alimentation : détectés dans les cheveux, le vin, mais aussi dans l’eau du robinet… et fatalement dans la quasi-totalité des produits de l’agriculture où ils sont employés.

De leur côté, le gouvernement et l’Europe peuvent-ils se contenter de belles intentions, comme celles du Grenelle de l’environnement et son ambition de réduire de moitié les pesticides d’ici 2018, alors que dans le même temps, sur le terrain, l’usage des pesticides augmente année après année ?

Pire, la France est aujourd’hui « la première exportatrice de pesticides au monde, la troisième utilisatrice au monde et la première en Europe… Un palmarès affligeant. »

Et inquiétant, si l’on considère que l’Observatoire des résidus de pesticides – une mission gouvernementale pilotée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire elle-même – n’est tout simplement pas en mesure « de cerner les effets des pesticides sur la santé ».

(d’après un article publié par « rue 89 »)

Quelle énergie dans 10, 20, 30 ou 40 ans ? Comment développer les énergies renouvelables ? Comment optimiser nos consommations et utiliser au mieux l’énergie disponible ? Informez-vous en ligne et participez au débat !

Un débat pour dessiner l’avenir de la transition énergétique : depuis fin 2012, et jusqu’en juillet 2013, un grand débat ouvert et citoyen se tient dans toute la France. Objectif : engager la France dans la transition énergétique. Ce débat conduira à la présentation d’un projet de loi de programmation à l’automne.

Un site internet dédié : www.transition-energetique.gouv.fr

Pendant toute la durée du débat, un site internet vous accompagne pour mieux comprendre les enjeux et participer débat. Un site qui s’articule autour de quatre grandes rubriques :

  • Une rubrique d’information, vous livre les clés du débat : qu’est-ce que la transition énergétique ? Pourquoi la France s’engage-t-elle aujourd’hui dans un nouveau modèle de développement ? Quel est l’état des lieux de la consommation et de la production de l’énergie en France ? Retrouvez également une liste des ressources documentaires, mise à jour régulièrement, pour vous aider dans votre réflexion.
  • Une rubrique consacrée à l’organisation du débat : les étapes, les thèmes discutés et les compositions détaillées des différentes instances du débat.
  • Rendez-vous dans l’espace « Participez » pour connaître les différentes manières de contribuer au débat : rejoignez les réunions publiques initiées par les collectivités, les associations, les entreprises dans votre région ; faites vivre le débat autour de vous en organisant des événements ; participez aux Journées de l’énergie fin mars ou donnez votre avis et partagez vos expériences directement en ligne.
  • Enfin, suivez toute l’actualité du débat dans la rubrique « le Mag »  : les grands rendez-vous à ne pas manquer, les interviews d’experts, les expériences à l’étranger…

 

 

UE

 

Les 500 millions de consommateurs de l’UE sont invités à se prononcer sur un questionnaire mis en ligne par la Direction Générale Agriculture et Développement Rural à l’adresse suivante : http://ec.europa.eu/agriculture/consultations/organic/2013_fr.htm

Cette consultation pose la question de la coexistence des OGM et de l’agriculture biologique, et de l’impact des nouvelles règles d’étiquetage.

Afin de participer à cette consultation, nous vous invitons à répondre au questionnaire en ligne.

Ne nous en privons pas, cela ne demande pas beaucoup de temps. Notre souris a du pouvoir !

Publié par : dedou | 13 janvier 2013

Le Maire, notre idole?

Si on regarde les choses du bon côté, on peut croire que le point de vue du Maire se rapproche (dangereusement?) du nôtre:

1- Sur le projet Saha, selon ses dires, il aurait demandé des garanties tellement drastiques que les promoteurs auraient refusé. Trop fort, non?

2- Sur le projet NOU, encore selon ses dires, il est contre le projet existant et va le faire savoir. Certes le permis est accordé depuis trois mois, mais s’il dit ça, c’est qu’il va le faire. De plus en plus fort, non?

3- Sur le PLU, toujours selon ses dires, les zones à mille mètres carrés, y’en a pas, ce ne sont que des sornettes. Là c’est vraiment chaud bouillant, vu que ces zones à mille mètres figurent bel et bien dans le PLU que ses services lui ont sans doute fait dans le dos. Il va vraiment avoir du mal, mais moi j’y crois, il peut le faire: remplacer les zones à 1000 par des zones à 1500 ou à 2000. Et quand il l’aura fait, vous serez obligés de le reconnaître, c’est lui le plus fort.

Et ce sera notre nouvelle idole.

Publié par : laurent | 4 janvier 2013

PLU de Carros : PROLONGATION DE L’ENQUETE PUBLIQUE

L’enquête publique sur le projet de PLU de Carros est prolongée jusqu’au 11 janvier 2013.

Le commissaire enquêteur assurera deux journées de permanence supplémentaires les 8 et 11 janvier 2013.

Vous avez donc une semaine de plus pour :

– porter vos observations dans le registre ouvert en mairie de Carros ou à la métropole NCA à Nice

-rencontrer le commissaire enquêteur

-envoyer vos dires par la poste à Monsieur le Commissaire-enquêteur, Projet de Plan Local d’Urbanisme, mairie de Carros, rue de l’Eusière, 06510 Carros

Voici le dossier porté par Aqui Sien Ben à télécharger : avis ASB PLU Carros

Pour en savoir plus, aller dans la rubrique PLU du blog

rdr-logo-fr

 

 

 

 

L’association Sauvons la forêt lance une pétition pour la protection et la préservation de la forêt tropicale.

La Colombie et le Pérou sont le théâtre de conflits sociaux et environnementaux de plus en plus nombreux lors des dernières années. Les populations locales ont toujours plus à défendre leur accès à la terre et à l’eau. Ainsi, 148 conflits environnementaux ont été recensés au Pérou en août 2012. La situation est encore plus grave en Colombie. Non contentes de détruire l’environnement, les multinationales y collaborent avec les paramilitaires pour faire taire les voix critiques, en témoignent les 48 syndicalistes assassinés en 2012.

L’adoption d’un accord de libre échange (ALE) entre l’Union européenne, la Colombie et le Pérou risque de faire dégénérer encore plus la situation. En effet, sous la pression de l’industrie, les normes sociales et environnementales ont été négligées dans le contrat, quand bien même un rapport d’expertise de l’UE souligne la menace pour la biodiversité, la qualité de l’eau et le maintient des écosystèmes que constituerait un ALE dans lequel ces normes seraient absentes.

L’huile de palme, aux côtés de l’exploitation minière et pétrolière, joue un rôle prépondérant dans l’accord. Car, pour répondre à la demande d’huile végétale bon marché de l’Europe, celui-ci prévoit de supprimer les frais de douanes sur l’huile de palme en provenance de Colombie et du Pérou. Cette mesure est une incitation claire à faire augmenter sa production. En Colombie, les plantations de palmiers à huile s’étendent déjà sur 360.000 hectares. Même s’il est jusqu’ici épargné, le Pérou pourrait aussi subir le boom de l’huile de palme et ses effets dévastateurs pour l’homme et la nature : 4,3 millions d’hectares de forêts humides y ont été déclarées propices à la culture du palmier à huile.

Exhortons les parlementaires européens à ne pas adopter cet accord injuste.

 https://www.sauvonslaforet.org/petitions/898/ue-la-deforestation-en-toute-franchise

Publié par : laurent | 27 novembre 2012

AEROPORT DE NOTRE DAME DES LANDES : POUR OU CONTRE ?

A quand la suppression des subventions à la consommation d'énergies fossiles?

A quand la suppression des subventions à la consommation d’énergies fossiles?

Dans la dernière édition de son World Energy Outlook, l’Agence internationale de l’énergie souligne l’urgence de la situation climatique. Elle dénonce aussi la lenteur des gouvernements à mettre en place d’efficaces politiques de maîtrise de la demande. Elle se préoccupe enfin de l’adéquation entre les besoins de croissance du secteur et les ressources disponibles en eau.

Pour en savoir plus lire l’article du Journal de l’environnement : Le 12 novembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg

  L’association Aqui Sien Ben, avec la participation du Conseil de développement du Parc naturel régional des Préalpes d’Azur et du Réseau Rural PACA, vous convie à une réunion d’information et d’échanges sur le thème :

  « Quelle place pour l’agriculture aux franges du Parc naturel régional ?

  L’exemple carrossois : vers une politique agricole et alimentaire locale »

 vendredi 9 novembre 2012 à partir de 14h à la salle des Plans de Carros

 réunion publique ouverte à tous – entrée libre

Cette réflexion se situe au moment de l’élaboration du projet d’aménagement de la commune de Carros et s’inscrit dans une démarche participative d’information et de concertation sur les choix de développement d’un modèle agricole.

Comment répondre localement aux attentes alimentaires de la population ?

Peut-on concilier le développement urbain avec le maintien d’une activité agricole ?

Comment préserver des espaces agricoles de qualité et développer des circuits courts de commercialisation de la production vivrière ?

Consommateurs, agriculteurs, élus locaux, acteurs de l’aménagement du territoire… Ces questions nous concernent tous.

Au travers des exposés ou témoignages de plusieurs intervenants, nous aborderons les différents enjeux de l’agriculture de proximité et tenterons par des échanges d’apporter des éléments de réponse à la problématique de la préservation du foncier agricole en zone périurbaine.

Nous vous invitons à consulter  le programme de cette réunion en cliquant ici.

Venez nombreux pour vous informer et apporter votre contribution au débat.

« Newer Posts - Older Posts »

Catégories